Le blog de Sens & Être consulting

Suivez notre actualité, laissez vous chouchouter !
Le Blog de SENS & ÊTRE consulting vous présente ses différents ateliers (atelier colorimétrie, maquillage et morphosilouhette). Ainsi que ses conseils et astuces pour une communication à l’image de votre personnalité.
005ba5db400880a40fc5

ARTICLES & DÉCOUVERTES…

QU’EST-CE QUE LA CHARGE EMOTIONNELLE ?

Je vous partage un article fort intéressant qui parle de la charge émotionnelle trouvé dans le News Republic.

Je vous souhaite une bonne lecture.

INTERVIEW – La dessinatrice Emma a publié une nouvelle et troisième bande dessinée engagée qui dresse le tableau de ce que représente la charge émotionnelle chez les femmes, mais pas seulement.

La charge émotionnelle s’active aussi bien au travail qu’au sein du couple

Crédit : Getty Images

C’est une charge invisible et pourtant elle existe. Dans sa toute nouvelle bande dessinée – engagée – la dessinatrice Emma veut éduquer les lecteurs sur la « charge émotionnelle ».

Dans Un autre regard 2, sortie en novembre 2017, on retrouve son histoire devenue culte sur internet (216.000 partages) Fallait demander qui fait découvrir à travers des scènes du quotidien ce qu’est la charge mentale. Le 20 septembre 2018, la dessinatrice féministe revient donc avec La Charge émotionnelle (Massot éditions).

Elle explique à RTL.fr : « C’est le souci principalement porté par les femmes de mettre son environnement à l’aise au dépend, souvent, de leur propre confort à elles ». Elle livre des exemples : au bureau, les femmes vont avoir tendance à s’occuper du bien-être de leur entourage, comme de la déco, rapporter un goûter pour tout le monde ou des cagnottes pour les pots de départ des collègues « en plus de leur tâche professionnelle », précise Emma.

Cette charge émotionnelle va aussi se traduire par un comportement qui s’adapte aux autres afin de ne pas mettre mal à l’aise son entourage : rire à des blagues que l’on ne trouve pas drôles pour ne pas gêner l’autre personne, par exemple.

C’est le souci de mettre son environnement à l’aise au dépend de son propre confort

Emma, dessinatrice engagée anticapitaliste et féministe

Partager la citation

Dans le couple, elle se traduit par « l’anticipation des besoins et envies de l’autre », matérielle et psychologique. C’est faire plus de ménage pour décharger l’autre, « prendre en charge sa santé », « lui faciliter la vie sans qu’il ait besoin de demander », poursuit la dessinatrice féministe. Elle ajoute : « C’est différent chez les garçons, il faut leur demander ».

La charge mentale et la charge émotionnelle sont différentes, même si elles sont « étroitement liées ». « La charge mentale c’est invisible, mais c’est concret, ça se traduit beaucoup dans les tâches qui concernent la famille et la maison, c’est de l’organisation, explique Emma. La charge émotionnelle, c’est un ressort plus psychologique qui est en jeu, c’est une question de bien-être, d’écoute et de faire plaisir aux autres ». Elles peuvent donc se retrouver.

Sa bande dessinée met également en lumière le fait que les femmes, « pour recevoir des petites attentions », « elles payent… », écrit Emma. Elles iront chez l’esthéticienne ou chez le coiffeur.

Une différence depuis l’enfance

Pourquoi une telle différence chez les femmes et les hommes ? Pour Emma, ça vient de l’éducation depuis la plus tendre enfance, comme pour beaucoup d’inégalités entre les femmes et les hommes.

« On apprend aux petites filles à se taire, ne pas se mettre en colère, être toujours mignonnes » tandis qu’aux garçons, « on leur dit de ne pas être sensibles et on bride leurs émotions ».

Alors pour Emma, pas étonnant que des années plus tard, ces garçons devenus hommes ne soient pas aussi sensibles aux autres que les femmes.

C’est hyper positif d’être comme ça

Emma, dessinatrice engagée anticapitaliste et féministe

Partager la citation

Tout en poussant les femmes à prendre conscience de cette charge émotionnelle, Emma ne milite pas pour qu’on l’abandonne, au contraire. « Les femmes ne doivent pas perdre ça, il faut tirer les hommes à faire pareil ». Voilà sa solution. Car, selon elle, « c’est hyper positif d’être comme ça », de se soucier du bien-être d’autrui.

« Il faut qu’ils se posent la question : ‘De quoi a-t-elle besoin ? Qu’est-ce qui pourrait lui faire plaisir ?' ».

En revanche, il y a des réflexes qu’elle a abandonnés. Comme celui de « ne rien dire quand quelque chose me dérange ». « J’ai arrêté de sourire et rire pour faire plaisir, j’ai arrêté de forcer ce comportement. J’ai arrêté de faire le lubrifiant social », résume-t-elle.

Un extrait de la bande dessinée d’Emma « La Charge émotionnelle »

Crédit : Éditions Massot

La charge émotionnelle vue par Emma

Crédit : Éditions Massot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>